Ligue des Champions : Real Madrid, Milan AC, FC Zurich, adversaires de Marseille

En Ligue des Champions, les clubs français n'ont pas été vernis. Une première statistique le démontre : les neuf adversaires présentent TOUS un bilan historique favorable face aux tricolores sur la scène continentale. Même le FC Zurich (un match, une victoire), Haifa (trois matches, deux victoires) ou Debrecen (deux matches, une victoire)... Pour se qualifier, Marseille, Bordeaux et Lyon devront lutter contre des grands noms autant que des bêtes noires du foot français. A double titre, c'est le poids du passé qui se dressera devant eux.

MARSEILLE.- (Gr. C) 

-  AC Milan :

Palmarès 

Monde : 3 Coupes Intercontinentales, 1 Coupe du monde des clubs

Europe : 7 C1, 2 C3,

Italie : 21 Championnats, 5 Coupes d’Italie.

Contre les clubs français : 10 v, 4 n, 8 d.

Equipe : Storari – Zambrotta, Nesta, Thiago Silva, Jankulovski – Gattuso, Pirlo, Flamini, Ronaldinho – Huntelaar, Pato.

L'OM retrouve ce grand Milan qui lui a si souvent bien réussi. En 1991, d'abord, les Marseillais avaient affronté le géant de Lombardie en quarts de finale de C1.

Après avoir accroché le nul à Milan (1-1), les protégés de Bernard Tapie tapaient les Italiens au Vélodrome 1-0. Un but dont l'auteur, l'Anglais Chris Waddle, ne se souvient même plus : "J'ai eu un passage à vide de vingt minutes après un coup de tête violent de Paolo Maldini. Ma volée ? Je l'ai revu à la télé, elle est fantastique. Mais je ne me souviens plus du tout l'avoir réalisée...", avouera Waddle plus tard.

A quelques minutes de la fin du match, l'un des projecteurs du stade tombe en panne. Les Milanais tentent de tirer parti de cette excuse pour quitter la pelouse et se déclarer vainqueur. Peine perdue : l'UEFA leur infligera un an de suspension européenne et le match perdu 3-0 sur tapis vert. Deux ans plus tard, en finale, Milan prie pour obtenir une revanche mais Papin, passé de Marseille à l'ennemi, ne pourra rien y faire : l'OM est sacré champion d'Europe grâce à la tête mythique de Basile Boli.

Les Olympiens ne sont donc pas forcément fâchés de s'opposer, encore, aux Rossoneri. Surtout leur coach, Didier Deschamps, capitaine de l'équipe qui a brandi la coupe aux grandes oreilles en 1993. Jamais deux sans trois ?

-         Real Madrid :

Palmarès 

Monde : 3 Coupes Intercontinentales, 1 Coupe du monde des clubs

Europe : 9 C1, 2 C3,

Espagne : 31 Championnats, 17 Coupes d’Espagne, 1 Coupe de la Ligue.

Contre les clubs français : 9 v, 3 n, 6 d.

Equipe : Casillas – Sergio Ramos, Raul Albiol, Pepe, Marcelo – L. Diarra, Xavi Alonso, Cristiano Ronaldo, Kaka – Raul ou Higuain, Benzema.

Le Real Madrid de Zidane et Beckham avait disposé de Marseille, il y a quelques années (4-2, 2-1), en phase de poules, déjà. L'heure de la vengeance a donc sonné pour l'OM.

Même si l'armada madrilène force le respect, Deschamps pourra s'appuyer sur Morientes et Heinze, recrues merengue qui connaissent par cœur la maison Blanche. Et Monaco peut en témoigner : quand Morientes, sous les ordres de la Desch', croise la route de son ancien club, ça fait des étincelles !

Autre élément en faveur de Marseille, la rivalité Milano-Madrilène concernant le transfert de Kaka. Si les deux gros, Milan et Madrid (20 coupes d'Europe à eux seuls !), se mangent les points entre eux, c'est l'OM qui pourrait en profiter. 

-         FC Zurich :

Palmarès 

Suisse : 12 Championnats, 7 Coupes de Suisse, 1 Coupe de la Ligue.

Contre les clubs français : 1 v.

Equipe : Leoni – Stahel, Tihinen, Rochat, Lampi – Aegerter, Gajic, Margairaz, Djuric – Vonlanthen, Abdi.

Nul besoin de se déplacer à Vladikavkaz, au fin fond de l'Oural, ou à Cluj, aux frontières des Carpathes, pour partir dans l'inconnu en Ligue des Champions. La rencontre face au FC Zurich est en soi un gage de dépaysement.

Budget dérisoire, joueurs anonymes, passé européen confidentiel, il est quasiment acquis que le club suisse achèvera son parcours à la 4e place du groupe.

Toutefois, l'enceinte du Letzigrund n'est pas synonymes de supers souvenirs pour les Français. Car lors de l'Euro 2008, Zurich fut le théâtre des rencontres France-Roumanie (0-0) et France-Italie (0-2). Mais sur la Planète Marseille, pas certain que les résultats des Bleus ait une quelconque incidence sur le moral des troupes.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×