Saint-Etienne cherche killer désespérement

 

Après la rencontre d’hier soir face à Nancy à Geoffroy Guichard, Saint-Etienne n’a pas de quoi à être vert de honte, mais Alain Perrin et les siens sont sans doute verts de colère ou de rage…car ils peuvent nourrir de gros regrets. Bref… Fini les métaphores colorimétriques, on ne vas pas y passer la journée. Mais s’il y a un vert qui domine dans l’effectif stéphanois depuis le début de la saison, c’est celui de l’immaturité. Celui d’une équipe très (trop ?) jeune, bourrée de talents individuels (Payet, Matuidi, Gomis, Dabo, Andreu, Mirallas, Machado, Grax, Gigliotti), mais incapable de se faire « mal » et de « tuer » son adversaire au moment opportun.

Deux statistiques corroborent cet état de fait : En terme de possession de balle, Saint-Etienne est la 3e meilleure équipe du championnat depuis le début de la saison. La preuve d’une aisance technique et de la qualité de l’effectif. En revanche, hier soir, les Verts ont tiré 20 fois au but et cadré 5 tentatives… cherchez l’erreur. Cette incapacité chronique à être décisif se retrouve aussi dans un chiffre incroyable : l’ASSE est l’équipe qui a encaissé le plus de buts sur coups de pieds arrêtés cette saison, et n’a encore inscrit aucun but sur corner. Tout est dit.

Capables du meilleur comme lors de ses prestations en Coupe d’Europe, mais aussi du pire lorsque l’on voit leur prestation en championnat, les Verts paient cash l’absence de « tueur » dans les zones de vérités que ce soit défensivement ou offensivement.  Un déficit qui s’explique aussi par les difficultés de certains cadres au premier rang desquels ont trouve Tavlaridis en défense mais surtout Gomis en attaque. Ce dernier, moins décisif que la saison passée, semble même être pris en grippe par le peuple vert. Pas évident quand on est en manque de confiance.

Mais même si tous les feux sont plutôt rouges chez les Verts, il reste des raisons d’espérer. La qualité est là sur le plan des joueurs, et l’ASSE peut compter sur des hommes comme Ilan ou Janot, encore exemplaires samedi soir, pour ne rien lâcher jusqu’au bout. Enfin, les Stéphanois possèdent un atout de poids en la personne d’Alain Perrin. Parfois critiqué, l’ancien entraîneur de l’OM présente l’avantage d’avoir relevé et réussi des challenges similaires lorsqu’il entraînait Troyes… et il n’a jamais connu la relégation. Tacticien hors pair à la main de fer, il semble traîner certains choix de son prédécesseur mais paraît être l’homme de la situation.

Et quand on voit la qualité de l’effectif stéphanois, on se dit qu’avec quelques retouches et le retour de la confiance, Perrin et ses hommes pourraient bien viser l’Europe dès la saison prochaine. A condition bien sûr de rester en Ligue 1. A quatre journées de la fin, le vert de l’espoir existe toujours… 

 

 

E. P.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site