Brandao, délit de sale gueule

        Une chevelure de crin, une gestuelle alambiquée, des yeux emeraudes et la regard d'un touriste perdu plus que celui d'un fauve Auriverde.
Brandao, un nom de jus de fruit sur le physique de Vincent Mac Doom.
 Les quadriceps en plus.
 
Bref, une tête de pitre lâchée dans la fosse phocéenne, à l'époque sur un fil. Pas la tête du héros. Qu'à cela ne tienne, il montrera qu'il en a l'étoffe. L'avant-centre arrive d'Ukraine, via Copa Cabana, plus precisement du Chaktior Donetsk. Du quoi? demande-t-on alors. Les Orange du bord de la mer Noire ne font rever personne.
 
Si tout le monde a cru bon ne donner que peu de légitimité aux stats de l'animal dans le championnat local, personne n'a cru bon se souvenir de la reussite brandinienne sur le Vieux Continent. Cinq buts en quinze matches lors des deux dernières campagnes de Donetsk en C1.Pas ridicule finalement pour un vendeur de beignets sur le Prado.
 
L'OM voulait mettre de la taille dans son équipe de lutins. Mais autre chose que ce piquet de Samassa. Ce dernier etait remplaçant au Mans, Brandao mettait des buts à Donetsk. Il n'y a finalement pas de hasard. Mobile, accrocheur, lutteur, fouineur, Brandao a donné de la vigueur à une equipe de techniciens. Car le Bresilien ressemble plus à Civelli qu'à Valbuena. Il va tout droit et n'a pas peur de prendre des coups. Ni d'en donner.

Alors, à la faveur de quatre buts consécutifs, série en cours, Brandao est passé du statut de hippie première génération à celui de prince de la Canebière. Une certaine idée du destin. Demandez à Samassa...

Tant la critique fut épaisse, l'éloge est disproportionnée. Joueur de football, Brandao n'en est pas moins plus à l'aise avec sa tête qu'avec ses pieds. Techniquement limité, souvent gauche, le tronc d'arbre n'est pas un paragon pour le beau jeu mais apporte de la variation et son energie à l'OM. Jusqu'à quand ? Au moins jusqu'en mai espère-t-on en Provence.
 
 Mais sans rire, peut-on être champion avec un attaquant qui a une gueule pareille? Va pour un grand oui.
 
J. B.

 

 
 Brandao (www.football365.fr)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site